Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Histoire

charbons.jpg

 

 

« De petits charbons épars,

ne peuvent produire ni flamme ni chaleur ;

réunis,

ils peuvent allumer un grand feu

capable d’éclairer

et de réchauffer le monde. »

 

 

 

 

L’intuition de Madame de Raffin est à l’origine de notre Institut.
 

Formation de l’Institut des OCJ

« Une genèse ou histoire d’un siècle »

L’Association de femmes chrétiennes unies par la dévotion au Sacré Cœur autour de Louise Thérèse de Montaignac prend son autonomie en 1874. Cliquez pour connaître la fondatrice
Elle prend le nom de Pieuse Union des Oblates du Sacré Cœur et vit selon des règles approuvées par l’évêque de Moulins. (NB : « Pieuse Union », terme canonique qui désigne un Institut en formation)
La Pieuse Union compte en 1879, 150 membres répartis en 12 diocèses et 3 maisons.

carte.jpg

 

Elle se compose de quelques Oblates Professes vivant en maison et surtout d’Oblates de Réunion et de Dames Agrégées vivant seules ou en famille.
Les Oblates de Réunion se retrouvent chaque mois et forment une « Réunion » en lien avec le centre de Montluçon et les autres centres.
Les Dames Agrégées ont des règles de vie plus souples.

Louise Thérèse sollicite du Pape Léon XIII la reconnaissance de la Pieuse Union des Oblates du Sacré Cœur. Un bref laudatif (décret de louange sur l’opportunité de l’Institut) est accordé en 1881.

Le Chapitre de 1880 élit Louise Thérèse, Supérieure Générale, pour maintenir l’unité entre les membres de la Pieuse Union et entre les centres.
Les Constitutions élaborées en 1883 contiennent en un seul livre l’Idée Générale de la Pieuse Union, les Règles des Oblates Professes, le Directoire des Oblates de Réunion et le Règlement des Dames Agrégées. Un seul livre exprime l’unité vécue dès les débuts.
Les vœux pour les Oblates Professes et les Oblates de Réunion sont précisés en 1886.

Dans un contexte de laïcisation, la branche des « Oblates Enseignantes » va se constituer entre 1890 et 1895. Consacrées au Sacré Cœur par l’Oblation, liées par les vœux de chasteté et de stabilité comme les Oblates de Réunion, elles dépendent des Oblates Professes. Elles ne portent pas de signe extérieur distinctif, elles ressemblent aux institutrices chrétiennes laïques et peuvent continuer d’enseigner quand cela est interdit aux Religieux en 1904. Elles seront responsables de nombreuses écoles en France.

En 1895, Rome reconnaît la Congrégation des Oblates du Sacré Cœur.
Les Oblates Professes Religieuses se composent d’Oblates Zélatrices et d’Oblates Coadjutrices prononçant les trois vœux. Cette distinction reproduisant les classes de la société est abolie en 1964.
Mais l’intuition d’origine de pénétrer le monde par des femmes chrétiennes vivant dans le monde selon des vœux n’est pas reconnue par Rome qui considère les Oblates de Réunion et les Oblates Enseignantes comme des œuvres de la Congrégation ! Elles peuvent émettre des vœux privés.
Pendant plus d’un demi-siècle, les Oblates Enseignantes et les Oblates de Réunion demeurent rattachées à la Congrégation, dépendant des Oblates Professes.

La Constitution Apostolique « Provida Mater » de Pie XII en 1947 puis le Concile Vatican II entrouvrent des portes :
Pie XII reconnaît l’authenticité de la vocation séculière consacrée dans l’Eglise.
Le Concile Vatican II demande aux Religieux de se renouveler et de revenir aux intuitions d’origine de leur fondateur ou fondatrice.

Dans les années post-conciliaires, un important travail d’aggiornamento, de retour aux sources est accompli par l’ensemble des Oblates.
A la suite du Chapitre de 1966-1967, le groupement des Oblates Séculières, constitué des Oblates de Réunion et des Oblates Enseignantes, est reconnu par Rome comme « association de perfection » agrégé à la Congrégation avec l’émission des trois vœux.
L’Institut des Oblates du Cœur de Jésus comprend alors officiellement les Oblates Religieuses et les Oblates Séculières.
Structures (Conseils…), Constitutions des Oblates Religieuses, Statuts des Oblates Séculières sont remaniés.

L’intuition d’origine redéfinie au Chapitre de 1979-1980 est approuvée par Rome en 1982 :
« L’Oblation au Cœur de Jésus rassemble dans l’Institut, Religieuses, Séculières, Affiliées et Couples Affiliés (le terme d’Affiliées a remplacé celui d’Agrégées) pour une même mission…
Les Oblates Religieuses vivent en communauté, font les vœux de chasteté, pauvreté, obéissance selon leurs Constitutions.
Les Oblates Séculières, laïques consacrées, restent dans leur milieu de vie et font les vœux de chasteté, pauvreté, obéissance selon leurs Statuts.
Les Oblates Affiliées, célibataires ou mariées, et les Couples Affiliés vivent de l’esprit d’Oblation, selon leurs Orientations de vie, sans engagements de vœux. »
Cliquez pour découvrir des Oblates Religieuses, Séculières, Affiliées.

La célébration du centenaire de la mort de Louise Thérèse en 1985 et sa béatification en 1990 ont suscité un renouveau des vocations d’Oblates Affiliées et de Couples Affiliés avec une nouvelle rédaction de leurs Orientations de vie.

Le Chapitre de 2000 réalise l’unité de l’Institut voulue par Louise Thérèse.
De nouvelles structures de gouvernement permettant la participation des trois branches : Religieuses, Séculières, Affiliés, sont approuvées par le Saint Siège en 2001 avec le Livre de vie, remis à chaque Oblate. Il se compose de la partie commune à toutes les Oblates (oblation, charisme, mission) et des parties propres aux Religieuses (Constitutions), Séculières (Statuts), Affiliés (Orientations de vie).

Fondations hors de France

En réponse à des demandes ou à des besoins, par l’intermédiaire de personnes, très souvent en lien avec la dévotion au Sacré Cœur, l’Institut s’est implanté hors de France créant des Maisons comme centres d’œuvres.
Des Oblates Religieuses, des Oblates de Réunion, de nombreuses Oblates Enseignantes se sont généreusement données contribuant à faire connaître l’Amour de Dieu par l’enseignement, la pastorale, les retraites, le service des pauvres, les soins…

Dates de fondations dans les autres pays :

1887 : Portugal, Lisbonne – œuvres diverses (pauvres…)

1894 : Pologne, Cracovie – école de Samuels

1894 : El Salvador – collège

1903 : Nicaragua, Granada – collège

1908 : Belgique, Namur – retraites, foyer de jeunes filles

1945 : Guatemala – école

1951 : Mexique, Mexico – collège

1952 : R. D. C., Libenge – école

1969 : Honduras – paroisse

1980 : Panama – formation de jeunes (noviciat…)

1985 : R. C. A., Mobaye – mission

2002 : Brésil, Buriticupu - paroisse


Selon les pays, les missions se sont développées et ont varié au fil des temps.
Aujourd’hui, les Oblates du Cœur de Jésus restent présentes dans chacun de ces pays.
Cliquez pour découvrir notre Action