Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Document Actions

Oblates Séculières

Formation intensive de Julienne en août 2017

Julienne Ouedraogo a connu l'Institut par le site internet. Elle a 41 ans et vit au Burkina Faso où l’Institut n’est pas présent, en Afrique où pour l’instant il n’y a pas d’Oblate Séculière. Mais « entre Jésus et l’Oblate il n’y a pas de barrière » disait notre Mère Louise Thérèse, alors il n’y a pas non plus de frontières… Et le caractère et la persévérance de Julienne sont une bonne base !
Après avoir discerné avec nous pendant un an, elle est en formation initiale comme Oblate Séculière depuis une autre année. En février 2017, Sœur Julia et Michèle sont allées la rencontrer chez elle à Ouagadougou. Du 2 au 22 août, elle est passée de la Maison Mère à Montluçon, à Écully, à Rennes et enfin à Paris. De là, elle a rendu visite à Aubusson, à Cosne et à Désertines, sans oublier une visite à Estivareilles, à Ronney et à Néris…
 

 

A la Maison Mère à Montluçon

2017_08_04_anniversaires (1).jpg

Anniversaire de Régina

2017_08_04_anniversaires (2).jpg

Anniversaire de Julienne

 

 

Visite à Cosne

 

 

Accueil à Estivareilles par une descendante de la famille
de Louise-Thérèse

 

Visite à Ronney

 

Visite à Ecully

Fourvière

Maison natale de Jean-Marie Vianney
(curé d'Ars) à Dardilly

 

Thabor

 

Visite à la Maison Généralice à Paris

 

(Photos Julienne & Michèle)

 

Elle a rencontré des Oblates de tout âge, de toute ancienneté d’oblation et de toute branche. Elle a réfléchi sur l’histoire de l’Institut, le charisme, la spiritualité, l’oblation, la mission et l’unité, l’Eucharistie et le Cœur de Jésus, les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance. Elle a médité avec le livre « Prier 15 jours avec Louise Thérèse », elle a prié au caveau, à la chapelle et dans de nombreux autres lieux, seule et avec des oblates de toute branche.
Elle a été touchée par les attentats dans son pays pendant son séjour en France et les décès d’un prêtre du Burkina et du Président du Conseil du Burkina. Elle a été marquée par le vide des églises, la façon de s’habiller et de manger des Français. Elle a beaucoup prié pour le salut du monde et son désir d’entrer dans l’Institut.
Elle va reprendre son travail de sage-femme à Ouagadougou en septembre. Elle retrouvera aussi tous « ses enfants » pris en charge par l’association TALL B NEERE qu’elle a fondée et dont elle est la coordinatrice. Elle retrouvera enfin toute sa famille et ses amis burkinabè : religieuses, vierges consacrées, prêtres, voisins de toute religion, administrateurs de l’association, collègues de travail… Elle reprendra ses liens par internet avec Michèle pour la suite de sa formation et s’appuiera sur la prière de tous pour être chaque jour plus disponible à la volonté de Dieu pour elle, pour le Burkina, pour l’Église et pour le monde !

 

...ooOoo...

Qu'est-ce qu'être "oblate séculière ?

 

Un mot qui n'est pas habituel dans notre vocabulaire du XXI ème siècle et pourtant bien actuel !

“Il était une fois” une femme qui se préoccupait d'annoncer la tendresse de Dieu au monde de son temps, à des personnes qui connaissaient des réalités parfois difficiles.
Le témoignage était plus important que les mots pour leur dire que Dieu les aimait et qu’Il les appelait à vivre debout pleinement heureuses.
Cela se passait au XIX ème siècle et continue encore aujourd'hui.

“Unir des femmes du monde par la dévotion au Coeur de Jésus pour annoncer au monde le Dieu de tendresse”.
C'est un peu ambitieux, non ? Et pourtant des femmes cherchent à relever ce défi.

Nous répondons à un appel personnel reconnu, authentifié par l’Institut des Oblates du Cœur de Jésus.
Oblates Séculières, nous restons dans notre milieu de vie tout en consacrant notre vie entière par les voeux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance selon nos Statuts.

Certaines d’entre nous sont secrétaire, auxiliaire de vie, professeur, médecin, laborantine… en activité, en arrêt maladie ou à la retraite. Nous avons 25 ou 85 ans voire plus.


Parfois nos familles ou nos amis ne savent pas que nous sommes Oblates Séculières mais souvent ils se demandent d'où nous vient la joie dont nous rayonnons dans les difficultés, la force que nous avons dans les épreuves, la persévérance dans le travail malgré les insuffisances personnelles ou collectives.

Nous travaillons, prions, rions, pleurons… vivons seules, parfois loin de d'autres Oblates, mais nous avons du plaisir à nous retrouver en groupes ou en réunions au moins deux fois par trimestre.

o.s. amerique.jpg
 

 

Que faisons-nous pendant ces réunions ?
Nous prions, méditons la Parole de Dieu et approfondissons la compréhension de nos engagements selon nos Statuts.
Dans nos partages de vie, nous cherchons à comprendre ensemble ce que Jésus nous demande aujourd'hui pour que le monde soit davantage selon le projet de Dieu un monde de justice, de fraternité, d’unité.
Nous cherchons comment chacune va mettre en oeuvre les priorités discernées ensemble et nous nous entraidons pour y arriver.


Entre les réunions, nous pensons les unes aux autres par le téléphone, les lettres, la prière…

 

Nous cherchons à vivre en communion les unes avec les autres selon la pensée de notre fondatrice : “Rien n’est plus important que l’union entre nous”.
De temps en temps, nous nous retrouvons avec les Oblates Religieuses, les Oblates Affiliées et Couples Affiliés pour un temps de convivialité, de réflexion ou de retraite spirituelle.


 

Nous aimons développer des relations entre Oblates de notre pays et avec celles des autres pays.

Nous puisons notre force dans la prière, la vie fraternelle, la fréquentation des sacrements en particulier de l’Eucharistie et de la Réconciliation. Nous nous pardonnons lorsque nous nous blessons mutuellement.

Nous sommes des femmes ordinaires qui vivons des vies ordinaires. La grâce et l‘engagement de notre Oblation demeurent dans toutes les situations de notre vie.